Le harcèlement ordinaire toujours d’actualité

Quand je prends le train j’aime observer les gens, imaginer d’où ils viennent, qu’elles sont les personnes qu’ils vont retrouver ou rencontrer. Comme par exemple, cette mamie, qui, avec un sac pleins de petits cadeaux, allait peut-être retrouver ses petits enfants, où alors ce militaire qui, écouteurs vissés dans les oreilles, a passé la majeure partie de son voyage à dormir. Accompagné de son énorme sac couleur camouflage, il était certainement en permission après une longue mission. j’aime aussi écouter les conversation des gens entre eux. On découvre ainsi des personnalités, on se confronte à ce qu’on avait imaginé d’eux, parfois ça corrobore nos déductions et parfois on se rend compte qu’on s’est complètement trompé. Ce jeu m’amuse beaucoup et en tant qu’autrice ça me permet parfois de faire naître des personnages dans mes histoires.

Il y a par contre des personnes pour qui on ne peut pas faire d’erreur tant leur langage corporel et leurs discussions ne laissent que peu de place à l’interprétation. j’ai été témoin d’une scène de harcèlement dans ce train qui m’emmenait à Paris. J’étais assise en queue de wagon et deux hommes s’étaient appropriés les places du fond. Ils étaient en costume comme si cela les rendaient sûrs d’eux, confiants. Ils parlaient fort. Leur côté sans-gêne m’incommodait déjà et j’enviais ce militaire avec sa musique dans les oreilles. L’un des deux hommes me faisait face. Il avait une trentaine d’années et était affalé dans son siège, les jambes écartées et les mains de chaque côté de son entrejambe. Incommodée par leurs blagues et commentaires en dessous de la ceinture, une femme qui se trouvait sur le siège derrière eux, décida de changer de place et se rapprocha alors de moi. Puis, une femme d’une trentaine d’années, employée de ménage de la SNCF, entra dans le wagon et fit le tour des sièges inoccupés et des voyageurs pour que nous lui donnions nos déchets. Elles continua son chemin jusqu’au bout du wagon, vers les deux hommes en costume. Elle leur demanda s’ils n’avaient pas des choses à jeter et ils la jaugèrent avec un regard très insistant et déstabilisant. Elle fit demi tour et c’est là que j’entendis cette remarque qui venait d’un autre monde, d’une autre époque: « Elle serait plutôt bonasse sans son sac poubelle et sa blouse! » accompagnés de gestes peu équivoques. Si moi j’avais entendu ce commentaire déplacé alors que la jeune fille se dirigeait vers moi, c’était qu’elle aussi l’avait en entendu.

Cette situation m’a mise très mal à l’aise. Déjà, envers la jeune femme à qui cela s’adressait mais surtout j’étais abasourdie qu’on puisse encore se permettre ce type de réflexion envers une femme au XXIe siècle. Ils se sont comportés comme des porcs tout le long du trajet. j’étais outrée mais je n’ai rien dit. Qu’est-ce que ça aurait changé si je l’avais fait? Ils se seraient sans doute emportés et m’auraient peut-être traitée de fille prude ou pire encore. Personne n’aurait forcément pris ma défense et les choses auraient encore empiré. Je ne suis pourtant pas fière de moi. Cette scène m’a rappelé, il y a vingt ans, qu’un homme avait profité que le bus dans lequel j’étais monté soit bondé pour me caresser les fesses durant tout le voyage. j’avais beau essayer de me pousser mais il y avait trop de monde pour que je puisse bouger. A l’époque, j’étais étudiante, je ne voulais pas, mais je n’ai rien dit car je ne voulais pas que les choses empirent. Comme aujourd’hui. C’est peut-être pour cela que je ne suis pas très fière de moi parce que la encore je n’ai rien dit. je suis en colère contre moi mais surtout contre ces hommes qui pensent encore que tout leur est dû et se conduisent comme des porcs. Je sais qu’on a mis des choses en place pour que les mentalités changent et j’espère que les choses finiront par changer!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :